RiC-CM, RiC-O : les Archives se dotent de leur modèle conceptuel (Records in Contexts)

RiC-CM, RiC-O : les Archives se dotent de leur modèle conceptuel (Records in Contexts)

Records In Contexts, ou RiC pour les intimes, est disponible depuis peu en 2 variantes sur le site du Conseil International des Archives : RiC-CM, le modèle conceptuel, et RiC-O, son implémentation sous forme d’ontologie OWL (dont une bonne introduction est donnée sur la page de l’ontologie elle-même à https://www.ica.org/standards/RiC/ontology). Ce modèle conceptuel a été élaboré au sein du groupe EGAD (Expert Group on Archival Description) du CIA, créé fin 2012. Il succède, et donc vise à unifier et à remplacer, les normes actuelles que sont l’ISAD-G, l’ISAAR(CPF), l’ISDF et l’ISDIAH. Une bonne perspective de contexte historique est donné dans le document « Toward an International Conceptual Model for Archival Description: A Preliminary Report from the International Council on Archives«  publié peu après le début des travaux de l’EGAD.

Les sources de l’ontologie RiC-O sont dans Github à https://github.com/ICA-EGAD/RiC-O.

4 entités au coeur de RiC-CM

RiC-CM défini 4 entités « noyaux » du modèle conceptuel : la Record Resource, ses Instantiations, des Agents et des Activités. La RecordResource est une description intellectuelle qui peut avoir plusieurs matérialités (typiquement document original vs. numérisation), ses Instantiations. Une « Record Resource » peut se préciser soit en Record Set (ensemble de notices), en Record (notice seule) ou en Record Part (partie de notice), la frontière entre ces 3 notions n’étant pas toujours facile.

Sous la notion générique d’Agent, RiC-CM déclare les 3 types d’agents archivistiques classiques Person, Family et Corporate Body, mais introduit également comme des Agents les « Positions » (Fonctions dans un organigramme) et les « Mechanisms » (typiquement les logiciels), qui peuvent donc être utilisés dans une relation de Provenance.

Ces 4 entités « noyaux » sont complétées par la notion de Rule (règle, loi, normes, « contexts that establish the conditions for the performance of the activities ») et les entités classiques de Date et Place.

Le modèle conceptuel RiC-CM défini un ensemble de 78 relations majoritairement entre les 4 entités noyaux du modèle, et c’est là que la notion de Contextes (au pluriel) prends tout son sens :

  1. Relations Partitives tout/partie : Record has consituent Record Part, Event has subevent Event, Group has subdivision Group, etc…
  2. Relations Séquentielles avant/après : Record is original of Record, Instantiation has derived instantiation Instantiation, Agent is antecedent of Agent, etc..
  3. Relations de Sujet : Record Resource has subject Thing ou Record Resource describes Thing, etc.
  4. Relations inter-Record Resource : Record Resource has copy Record Resource, Record Set includes Record, etc.
  5. Relations de Record Resource à Instantiation : Record Resource has instantiation Instantiation, etc.
  6. Relations de Provenance (Record Resource à Agent) : Record Resource created by Agent, etc.
  7. Relations inter-Instantiations, typiquement Instantiation has derived instantiation Instantiation (cas de la copie numérique d’un orginal), etc.
  8. Relations de Management : Group or Person or Position is owner of Thing, Agent controls Agent, etc.
  9. Relations inter-Agent : Person is leader of Group, Person has child Person, Person occupies Position, Person knows Person, etc.
  10. Relations des Events/Activities, typiquement Activity performed by Agent
  11. Relations des Rules : Rule regulates Thing, Mandate authorizes Agent, etc.
  12. Relations de Datation
  13. Relations Spatiales

Ce diagramme (tiré de cette présentation de RiC-CM aux Archives Nationales et du code source de RiC-O dans Github) donne l’aperçu haut-niveau de RiC-CM et des relations qui articulent les entités de haut-niveau du modèle :

RiC-CM-02-overview-diagram

Diagramme haut-niveau du Modèle Conceptuel Records in Contexts 0.2

RiC dans la famille des modèles conceptuels

RiC s’inscrit dans la famille des modèles conceptuels développés depuis 3 décennies dans le domaine de l’infodoc : FRBR en 1992-1995 pour les notices bibliographiques des bibliothèques, puis le CIDOC-CRM à partir de 1996 pour la description des objets muséaux et patrimoniaux en général, puis l’intégration de FRBR dans le CIDOC-CRM, à partir de 2003, qui donnera naissance à FRBRoo en 2008. Et plus récemment, en 2017, IFLA-LRM qui consolide les modèles de la famille FRBR.

On notera la temporalité longue pour l’élaboration de ces standards internationaux : réunions internationales, disponibilité des participants, nécessaires discussions longues sur l’identification des concepts fondamentaux du métier. On notera aussi le retard de la communauté des archives, avec le début du groupe EGAD en 2012 et la version 0.1 de RiC-CM publiée en 2016, sur cette réflexion au niveau conceptuel, par rapport aux bibliothèques et aux musées. Cela peut s’expliquer par la présence d’un standard technique unique et utilisé mondialement, l’EAD, et par des moyens plus réduits dans la communauté archivistique.

La communauté du CIDOC-CRM s’est empressé de dénoncer la « secte des archivistes » qui réinventent leur propre modèle conceptuel plutôt que de s’appuyer sur les fondations théoriques du CIDOC-CRM. Mais cette phase de réflexion où sont réexaminés l’existence, le périmètre, la pertinence et l’articulation de de chaque concept métier est bien nécessaire à une communauté de pratique avant que celle-ci ne puisse proposer un éventuel accostage avec le point de vue – certes générique et théoriquement fondé, mais issu d’une autre communauté de pratiques – du CIDOC-CRM. Le document « Toward an International Conceptual Model for Archival Description… » mentionné plus haut mentionne déjà cela :

« Avant de collaborer, la communauté archivistique doit développer un modèle conceptuel qui réponde d’abord et avant tout aux principes et aux besoins des archivistes. Une fois ce modèle élaboré, la communauté sera bien placée pour se joindre aux communautés professionnelles apparentées dans une quête commune pour fournir un accès intégré à l’expression humaine sous toutes ses formes. »

Quelques années de patience, donc, avant une intégration RiC-CM / CIDOC-CRM  (RiCoo ? :-) )

Ricoconverter : Un convertisseur EAD et EAC vers RiC-O, par les Archives Nationales

Florence Clavaud, responsable de la mission Référentiels aux Archives Nationales, a largement développé l’ontologie RiC-O au sein du groupe EGAD. Sous son impulsion avait déjà été développé en 2017-2018 le prototype PIAFF (Pilote d’interopérabilité pour les Autorités Archivistiques françaises), incluant 276 notices d’autorités des AN, de la BNF et du SIAFF, converties dans la première version de RiC-CM et RiC-O qui datait de 2016.

Les Archives Nationales ont souhaité un passage à l’échelle après le succès de PIAFF, pour la conversion de l’intégralité des 28000 instruments de recherche et 15000 notices d’autorité des Archives Nationales, dans la version la plus récente de RiC-O. Le travail a été confié à votre serviteur. Le résultat est ricoconverter, un logiciel opensource, permettant de lancer simplement en ligne de commande une conversion d’un ensemble de fichiers EAD ou EAC vers du RDF/XML structuré en RiC-O. Ricoconverter est essentiellement basé sur 2 feuilles de style XSLT qui font l’essentiel du travail, enrobées dans un script Java. La feuille de style convertissant l’EAC est assez générique et transposable dans d’autres contextes probablement assez directement, la feuille de style EAD répond à l’implémentation spécifique de l’EAD aux AN et demandera plus d’adaptions; mais l’objectif de Ricoconverter est bel et bien de pouvoir être adapté et utilisé pas d’autres services d’archives pour produire des graphes de données RiC-O.

Les sources de ricoconverter sont disponibles dans Github à https://github.com/ArchivesNationalesFR/rico-converter.

Cerise sur le gâteau, quand on a un joli graphe RiC-O, on peut avoir un joli Sparnatural (voir ce billet de blog) qui permet de naviguer dans le graphe et de chercher par exemple « toutes les archives numérisées des organisations ayant succédé à la Direction des Beaux Arts (1848-1852) » (cliquer sur l’image pour voir le screencast) :

sparnatural-demo-ricoPrésentations de RiC-CM et RiC-O aux Archives Nationales le 28/01/2020

Pour aller plus loin on peut consulter les présentations sur RiC-CM, RiC-O, ricoconverter et plus encore faites lors de la journée d’étude du 28 janvier 2020 aux Archives Nationales.

Illustration : Institut, [salle des] archives : [photographie de presse] / [Agence Rol] Agence Rol. Agence photographique depuis Gallica.

Next Post:
There are 2 comments for this article
  1. Pingback: Des ontologies pour les sciences humaines … et pour les autres – AHP numérique
  2. Pingback: RiC-CM, RiC-O : les archives se dotent de leur modèle conceptuel (Records in Contexts) – Veille patrimoniale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>